La rayon rouge frappe la commode devant moi, projetant une dizaine de peluches Smourbiff dans toutes les directions. Je réprime un cri d’indignation : on ne s’attaque pas aux peluches, non mais !

Rocket atterrit à côté de moi, son pelage gris hérissé par l’adrénaline, et me lance une œillade moqueuse.

« Y’know kid, this wooden table isn’t gonna stop those lasers of death ! »

Je lui tire la langue en me renfrognant derrière ladite table, renversée plus tôt par un cosplayeur paniqué.

« Well, if you see a better place to hide, feel free to point it out ! »

« I am Groot. » fait une voix grave au-dessus de moi. Un peu agacée par l’agitation ambiante, je lui fait comprendre d’une manière calme et diplomatique que ce n’est vraiment pas le moment.

« Hey, a pretty lass like ya shouldn’t know these words ! » fit le raton-laveur d’une voix faussement choquée.

« Shouldn’t you be like, shooting those guys down instead of pissing me off ? » je répond en tournant les pages de mon carnet.

« Yeah, yeah, I’ll get to it as soon as I fix this baby. » ricane-t-il en brandissant un… lance-roquette ?!

« Ooooh no you don’t. »

« ‘Scuse me ? »

« You ain’t gonna use that thing here, do ya ? »

« Why not ? »

« Look, this is the Toulouse Game Show, not a place you can wreck as you like ! »

« I came in like a wreeeeeckin’ ba- »

L’autre débile blond se prend un bouclier captain America dans sa jolie face d’ange.

« Shut it ! Don’t you think you’ve caused enough damage ? »

« Hey, they started it, not us ! » s’indigne Rocket en désignant les androïdes nous tirant dessus depuis l’autre bout de la salle.

Je soupire. Et la journée avait si bien commencée…

image8

 

« 9h12 : Je suis devant la Diagora. De tout côtés, des hommes et des femmes de tout âge, cosplayés ou non, patientent dans leurs queues respectives.

Le temps est frais et de lourds nuages emplissent le ciel, beaucoup de cosplayeurs portent d’épais manteaux au dessus de leur costume, dont moi.

Cette fois, point de yukata ou d’oreilles de chat : je me suis essayé à un style plus complexe.

Avec ma longue jupe brune en velours, mes chaussures pointues en cuir vieilli et mon corset noir d’où dépasse des manches en dentelle, je me croirais presque à la lointaine époque victorienne.

C’était sans compter sur les quelques anachronismes parsemant ma tenue : quelques engrenages ici et là, des lunettes d’aviateur, et quelques tubes à essai dans la sacoche accrochée à ma ceinture.

La montre à gousset pendue à mon cou est arrêtée. Car dans un univers où machines à vapeur, cliquetis des engrenages et manipulations génétiques complexes se côtoient, le temps n’a pas d’importance. Tel est le genre hybride qu’est le steampunk. »

Mes premiers pas dans le monde merveilleux du steampunk

Mes premiers pas dans le monde merveilleux du steampunk.

 

« 9h26 : Les portes vont bientôt s’ouvrir. La foule fait preuve d’un calme et d’une patience peu commune. L’ambiance est unique, les inconnus se tutoient, certains dansent au son du Caramelldansen. Les cosplayeurs sont complimentés, maintes fois.

Je me laisse gagner par l’euphorie ambiante et engage la conversation avec un groupe de draeneï tout droit sorti d’Azeroth. Nous sommes bientôt rejoins par une Fluttershy intimidée, visiblement attirée par la figurine Derpy que je brandis avec fierté. Je ne peux pas ôter le sourire de mon visage. Nous avons encore un peu de temps pour parler poneys avant d’entrer dans l’Agora. »

Flutters is best pony.

 

« 9h38 : Je suis enfin entrée. Arpentant les allées entre les différents stands, mes yeux brillent à la vue de tous ces goodies, ces vêtements, ces figurines… Je repère quelques t-shirts, fait quelques câlins à ceux portant des pancartes « Free hug », et me dirige vers le bâtiment où invités et animations sont rassemblés. »

 

« 9h50 : Je monte les escaliers menant à l’étage. J’y croise quelques chevaliers du Zodiaques qui acceptent aimablement de me laisser les prendre en photo avant de retourner sauver Athéna. »

20141129_175643

SAINTU SEIYA ! Pegasasu no you ni…

 

« 10h02 : J’ai trouvé le stand des NOOBs ! Derrière les tables recouvertes de livres, de peluches Smourbiff et de… chocolats de Pâques ? Ok, pourquoi pas. Derrière les tables donc, absorbés par leurs dédicaces, se trouvent Gaeä l’Invocatrice, Fantöm le Guerrier, Ash le farmer chinois (qui n’est PAS chinois, comme il aime le rappeler) et Couette, l’Elémentaliste la plus kawaii d’Olydri. »

 

Je referme mon carnet en soupirant. Tout avait pourtant si bien commencé, jusqu’à ce que ces abrutis aient décidé de s’entretuer ici…

 

 

Bilan général donc : j’y ai passé une super journée. J’ai pu passer un peu de temps avec les Passagers d’Anachrone, une troupe d’artistes spécialisés dans le steampunk (et des gens très gentils au passage), afin qu’ils me guident dans les méandres de ce rétro-futurisme mêlant machines de l’ère victorienne et technologies modernes…

J’ai également pu tester la dernière version du jeu de plateau Reflets d’Acide, et malgré ma volonté de la jouer roleplay avec l’équipe originelle presque au complet (à l’exception d’Enoriel et de Tricheulieu), et bien…

Disons, pour résumer, que Guertrude a survécu son combat avec l’ours (OH MON DIEU L’HISTOIRE A ETE REECRITE ON VA TOUS MOURIR), et mon équipe s’est traîné, agonisante, dès la première épreuve. Nous avons ensuite déploré la perte de Zéhirmann, à cause d’un piège vicieusement placé par un joueur adverse… et que le reste de mes vaillants héros fut tragiquement massacré par la dragonne avant même d’atteindre le Mont (RIP Wrandrall, tu me manques déjà T_T ).

Mais c’pas grave, c’était bien marrant quand même :P Et j’ai pu pourrir la vie aux autres en tant que narrateur-fantôme (une belle trouvaille d’ailleurs, bien vu JBX.). Enfin, pas bien longtemps, étant donné que la dragonne les a très vite rattrapé, mouahaha…