Juste un petit essai, pas encore peaufiné. Cela faisait si longtemps que je n'avais pas écrit, je suis un peu rouillée...

Je ne sais pas si je serai capable de mener ceci à une conclusion, ou même faire plusieurs chapitres. Mais l'inspiration est bonne en ce moment, donc j'en profite !

Donc, qu'est-ce que c'est ? Juste une petite fanfic, assez spéciale puisqu'elle reprend des personnages d'une saga mp3, Reflets d'Acide. Qui rime tout le temps. Et qui fait des alexandrins comme pas deux. Pardonnez-moi grand maître JBX, mais vu mon talent limité pour la poésie nos chers z'aventuriers ne parleront pas en rimes.

Oh, et ça se passe dans l'univers d'Undertale aussi, nos z'héros seront donc considérés comme des Monstres. Il vaut mieux en savoir un minimum sur le jeu pour comprendre cet univers, mais une connaissance détaillée n'est pas requise, promis. Pour ceux qui connaissent bien, attendez-vous à BEAUCOUP de caméos !

DISCLAIMER : Il va de soi qu'aucun des personnages ne m'appartient. Il faut remercier JBX et Toby Fox pour leur existence. J'espère ne pas les écrire trop OOC...

Okay, passons aux tags : Schoolfic, Friendship, Romance, Hurt/Comfort, un peu d'Angst, et du M/M. Oui, certaines personnes n'aiment pas et c'est pour cela que je le dit, vous pourrez pas dire que je ne vous avais pas prévenu.

 

Bonne lecture !

 


 

« …et c’est pourquoi il est strictement interdit de pratiquer toute forme de magie en dehors des salles prévues à cet effet. Ça, et le risque non négligeable de mourir dans d'atroces souffrances. D’autres questions ? »

« …et c’est pourquoi il est strictement interdit de pratiquer toute forme de magie en dehors des salles prévues à cet effet. Ça, et le risque non négligeable de mourir dans d'atroces souffrances. D’autres questions ? »

Zéhirmahnn écoutait d’une oreille distraite, plongé dans un passionnant traité sur les réactions et magies pyrotechniques. A ce stade, tout était plus intéressant que le flot de paroles interminable du mage.

« Bien. Je vais donc pouvoir arrêter de vous rabâcher les oreilles avec le règlement. Et oui, je peux vous voir bailler chers deuxièmes et troisièmes années ! »

Un léger rire parcourut l’assistance quand un « Enfin ! » peu discret retentit. Le jeune zorlim se redressa sur sa chaise et s’étira ; ça ne fera que la troisième fois qu’il entendait le même discours.

« Je vais maintenant demander aux troisièmes années de bien vouloir faire visiter l’académie aux nouveaux étudiants. Mettez-les à leur aise, mais… pas trop quand même. Et avant qu’on ne me demande, non, on ne vous en tiendra pas rigueur si vous arrivez en retard et essoufflés pendant les premières semaines. L’architecture de cette école est quelque peu… inhabituelle. ».

D’autres éclats de rire, plus francs cette fois, accompagnés de regards éloquents entre élèves : visiblement, il y avait du vécu.

« Ah, tous ces jeunes esprits fougueux et créatifs… attendez un peu les partiels, et vous deviendrez comme vos aînés, vieux et aigris ! » s'amusa le mage. « Sur ce, bonne journée ! ».

Et il disparut, suscitant des murmures d’admiration de la part des nouveaux placés aux premiers rangs.

 

Zéhir esquissa un sourire amusé, rangea son livre dans son sac en bandoulière et se leva, surplombant le reste du public plus ou moins humanoïde du haut de ses deux mètres. Sa promotion se dirigeait déjà vers des premières années respirant l'enthousiasme et la curiosité.

Tiens, il y avait beaucoup de Monstres cette année. Sans doute grâce à la rapide évolution des relations entre l’Humanité et son peuple.

Lorsqu'ils avaient débarqué à la surface après des siècles d’emprisonnement dans l’Underground, il va de soi que les humains ne les avait pas accueilli à bras ouverts. Beaucoup étaient encore choqués à l’idée qu’un peuple entier avait vécu sous leurs pieds à leur insu, particulièrement les scientifiques. Mais peu à peu, avec la bonté du roi Asgore Dreemur et la détermination de leur libérateur, un enfant désormais ambassadeur des Monstres, le peuple fait d'espoirs et de rêves obtiendrai bientôt les mêmes droits que les humains. Nouvelle que la jeune génération d’humains avait accueilli avec bien plus d’enthousiasme que leurs aînés.

 

Le jeune génasi du feu, fier représentant de la première génération de Monstres à être née à la surface, avait même entendu parler de nouvelles unions entre monstres et humains, mais il était encore trop tôt pour assumer quoi que ce soit.

En attendant, l’Académie de Maender-Asgore était la toute première école accueillant aussi bien les jeunes humains, doués de magie ou non, que les monstres : Zéhirmahnn pouvait donc distinguer parmi les premières années quelques élémentaires, des Temmies vibrant d'excitation et… oui, c’était bien un squelette avec une cape rouge qui se présentait d’une voix tonitruante sous le nom du « Grand Papyrus ».

C’était sans doute le fameux frère de l'un des professeurs, Sans. Bien moins grand que son frère, et plus large, il était connu pour être paresseux au possible et pour ses calembours douteux qui faisaient grincer des dents le reste du corps enseignant, particulièrement Undyne, professeur de sport et accessoirement ancien chef de la Garde Royale.

Zéhirmahnn appréciait ce curieux personnage pour sa grande intelligence, même s’il était certain qu’il l’avait aperçu en train de boire une bouteille entière de ketchup. Ew.

 

Tandis que les plus âgés engageaient la conversation avec leurs cadets, le regard du zorlim s'arrêta sur un jeune humain aux cheveux de jais qui, d’après son obstination à raser les murs, devait se sentir mal à l’aise.

« Étrange. » pensa Zéhir en fronçant les sourcils. « Peut-il est-il intimidé ? Personne n’est encore allé lui parler après tout. »

Se décidant à accomplir son devoir d’aîné, il se dirigea vers l'humain en prenant son air le plus avenant. Ce qui était un exploit, considérant sa carrure d’armoire à glace.

 

Et sa peau rouge. Et ses yeux rouges. Et ses cheveux rouges.

 

Il se planta finalement devant le jeune homme, qui releva soudain la tête et écarquilla les yeux. Verts, remarqua Zéhir, émeraudes. Et un teint mate.

« Salut. » fit-il en abordant un sourire amical. Plein de dents. Pointues, les dents.

Le brun cligna des yeux, comme surpris qu’on lui adresse la parole, et osa un sourire incertain.

« Hm… bonjour… ? ». Sa voix était étonnamment grave pour son physique fin et agile, bien que des intonations un peu trop aiguës trahissaient sa nervosité. Il commença à se triturer les mains et ses pupilles balayèrent frénétiquement la salle.

Le génasi connaissait ces signes. L’humain cherchait une échappatoire.

Dire qu’il était surpris aurait été un euphémisme ; d’accord, il n’avait pas l’apparence la plus rassurante du monde, mais jamais personne n’avait réagi de cette façon lors d’une première rencontre.

Bon, il avait quand même fait pleurer quelques enfants, c’est vrai. Mais il n’y pouvait rien si le rouge faisait peur aux gosses.

« Hey, » murmura-t-il en posant sa main sur l’épaule du garçon. « Nul besoin d’être aussi- »

Il se tut. Un son très peu masculin avait passé les lèvres du brun, et Zéhir sentit des muscles fins se raidir sous la paume tandis que quelque chose surgit du dos de son cadet. Ce dernier profita de l'effet de surprise pour se dégager en effaçant souplement des épaules, comme si le contact l’avait brûlé.

 

Ce qui n’était pas impossible, vu la température corporelle des zorlims...

 

Le garçon recula de quelques pas, ses mains venant cacher son visage devenu blême. Mais l’être de flammes était trop fasciné par les grandes ailes de cuir noir du jeune homme pour y prêter attention.

D’accord. Pas humain donc.

C’est en remarquant les courtes griffes au bout des doigts tremblants, les oreilles légèrement effilées et les canines un peu trop pointues que le déclic s’opéra.

« C’est toi… » souffla-t-il, incrédule. Il avait entendu les rumeurs, comme tout le monde, mais il n’aurait jamais pensé…

 

Les derniers démons avaient disparu durant la guerre, celle qui avait déchiré l’harmonie entre les espèces et avait banni les Monstres sous les montagnes. De tous les Monstres, les démons étaient des êtres à part, les seuls considérés comme foncièrement mauvais. Cruels et d’une puissance sans égale, ils avaient causé des ravages dans les deux camps, répandant le sang et les cendres sur les champs de bataille. Seuls les efforts conjugués des mages humains et des armées d’élites du roi Dreemur en étaient venu à bout, après des jours de combat acharné. Le plus puissant d’entre eux, le démon Bélial, avait réussi à anéantir une bonne partie de la vie dans le secteur avant d’être vaincu.

Et à laisser une descendance. Avec une humaine.

Une lignée d’hybrides, mi- humains mi- démons, présumée éteinte à la fin de la guerre. Cachée dans les lieux les plus reculés de la surface, finalement sortie de l’ombre lors de l’Exode, quand la plupart des Monstres avaient quitté les souterrains pour venir s’installer à la surface.

 

Et l’un de ses seuls représentants tremblait comme une feuille sous le regard brûlant de Zéhirmahnn.